Comme une envie de ...

← Retour au journal

octobre 2018

... coton

Me voilà calme. La vie, les choses, les gens bougent tout autour, et moi en plein milieu immobile, voire inerte. J'ose plus penser. Par expérience je sais que ce n'est qu'une question d'équilibre. Le fait de penser pourrait me faire basculer. J'entends déjà certains échos que j'arrive encore à repousser facilement. J'aimerais rester là, emmitouflé dans mon vide, ne rien ressentir pour l'instant. J'ai encore mon imagination, je peux encore me transporter. Je m'imagine tout en haut d'une colline, contemplant les montagnes et les plaines d'un vert indescriptible. Je suis assise (...)

... bizarre

STOP! Tais-toi ! Arrête ça ! Voilà ce que je me répète depuis une semaine. J'ai l'impression d'être un vase vide, un énorme récipient habituellement rempli d'un joyeux bordel: folie, haine, joie, émerveillement, idées noires, mais qui pour l'instant doit rester vide. Maintenant que j'y pense, j'ai l'image d'un petit bonhomme sans expression faciale, sur qui on aurait collé un gros sourire forcé, assis sur une chaise en plein milieu de rien, les yeux fixant droit devant, légèrement flippant ... comme je les aime. Une semaine que j'ai tiré la chasse sur tout ce qui me hantait (...)

... réponses

J'ai souvent entendu dire que l'on vient au monde pour une bonne raison. Que l'on choisit son chemin de vie à l'avance. Que si on est ici, c'est qu'on l'a voulu. Mais malgré ce choix, l'humain passe sa vie à chercher une raison d'exister. Je n'ai aucune foutue idée de ce que je fais ici !!! Je ne suis tellement pas à ma place que je suis convaincue que je n'appartiens pas à ce monde. J'attends en vain des signes qui puissent me guider ... mais rien. J'ai l'impression que ma vie c'est d'être une enfant perdue dans un grand magasin entourée de personnes inconnues et effrayantes, qui (...)